Plan EPARMIL : assurance vie en euros

Environnement économique général

L'environnement politique et économique reste instable en ce mois de juin.
Au Royaume Uni, le Parti conservateur a perdu la majorité absolue lors des élections anticipées organisées le 8 juin. Theresa May, l'actuelle première ministre a indiqué qu'elle ne démissionnerait pas de ses fonctions, bien que sa crédibilité personnelle soit affectée par ces résultats. La perte de la majorité absolue des conservateurs est venue renforcer les incertitudes liées aux négociations du Brexit, et limiter la marge de manoeuvre du prochain gouvernement.
En France, les résultats des élections législatives des 11 et 18 juin, bien que marqués par une très forte abstention (57,36%), ont confirmé la large majorité confiée au Président de la République, Emmanuel Macron. En effet, les partis centristes alliés, La République En Marche et le MODEM ont obtenu à eux deux 350 des 577 sièges à l'Assemblée Nationale.
Le mois de juin a également été marqué par le démantèlement de deux banques en Italie, Veneto Banca et Banca Popolare di Vincenza. Cette décision a fragilisé la crédibilité de l'Union bancaire construite après la crise financière de 2007-2008. Le Conseil de Résolution Unique (CRU) a jugé qu'une résolution bancaire n'était pas nécessaire puisque les deux banques ne présentaient pas de risques significatifs pour la stabilité financière. Le démantèlement des banques a donc eu lieu avec l'aide de fonds publics. Les actionnaires et les porteurs de dette subordonnée seront mis à contribution mais les déposants et les porteurs de dette « senior » seront épargnés.
Les banques centrales ont été au coeur de l'attention des marchés financiers, fortement sensibles au moindre signal pouvant laisser présager un changement de politique monétaire. Le forum annuel de la Banque Centrale Européenne (BCE) a eu lieu du 26 au 28 juin à Sintra, au Portugal. A cette occasion, Mario Draghi a prononcé un discours portant sur l'accompagnement de la reprise économique et sur l'efficacité de la politique de la BCE pour soutenir les pressions inflationnistes en zone euro. Ses propos ont été interprétés par les marchés comme le signal précurseur d'un tournant moins accommodant de la politique monétaire au cours des prochains mois, entrainant des mouvements conséquents sur les marchés de taux et de change. Ainsi entre le 26 et le 28 juin le taux 10 ans français a progressé de 22,72%, l'euro lui s'est apprécié contre dollar de 1,75% à 1,138$. Aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale (FED) a annoncé lors de sa réunion du 14 juin qu'elle relevait son principal taux directeur de 25bps, pour le porter à 1,25%. Il s'agit de la seconde hausse de taux de l'année. Cette annonce a favorisé un rebond des taux américains alors qu'ils avaient sensiblement baissé suite à la publication de statistiques décevantes.

Aux Etats Unis, l'indice ISM manufacturier est quasi stable à 54,9 en mai après 54,8 en avril. L'ISM des services est en légère baisse à 56,9 en mai contre 57,5 en avril. L'indice de confiance des consommateurs (Conference Board) progresse à 118,9 en juin, contre 117,6 en mai.
En zone euro, le PMI manufacturier est en hausse au mois de mai à 57 après 56,7 au mois d'avril. Le PMI des services stagne à 56,3 pour le mois de mai sur un niveau similaire au mois d'avril (56,4).


Le marché obligataire

Comme évoqué ci-dessus, les interventions des banques centrales ont largement contribué à une remontée des taux en ce mois de juin.
Le taux 10 ans français est passé de 0,60% à 0,73% entre le 31 mai et le 30 juin. Le taux 10 ans américain est passé pour sa part de 2,20% à 2,30% sur la même période.


Le marché des actions

Les indices mondiaux n'ont pas affiché de tendance claire ce mois-ci. Du côté des indices européens, la tendance est à la baisse ; Le CAC 40 a reculé de 3,08% et l'Eurostoxx 50 de 3,17%.
Du côté des indices américains, le Dow Jones a progressé de 1,62% alors que le Nasdaq a perdu 0,94%. Enfin l'indice Nikkei 225 a progressé de 1,95% sur le mois.

Au sein de l'indice français, les deux moins bonnes performances reviennent à Orange (-11,19%) et Total (-8,43%, suite à la dégradation de recommandation de Kepler Cheuvreux. Les autres sociétés pétrolières ont également été dégradées dans le cadre d'une étude pessimiste sur le secteur). Les deux plus fortes hausses reviennent à Michelin (+3,93% suite au lancement d'une Offre Publique d'Achat sur la société SIPH, fabricant de caoutchouc) et Crédit Agricole (+3,26%, suite à une analyse favorable de Deutsche Bank qui a significativement relevé son objectif de cours sur la valeur).



Les Plus du contrat

  • Taux de rendement parmi les meilleurs du marché.
  • Régularité des performances depuis plus de 30 ans.
  • Engagement qualité : certificat Qualicert® sur nos prestations Epargne depuis 2007.

    AGPM Assurance Epargne Santé Prévoyance
    Fiche téléchargée sur le site : www.agpm.fr