Plan EPARMIL : assurance vie en euros

Environnement économique général

Deux faits marquants ont retenu notre attention ce mois-ci : la victoire d'Angela Merkel et l'annonce de Donald Trump sur le projet de réforme de la fiscalité.
Les électeurs allemands ont choisi les députés du Bundestag (709 vs. 630 dans la précédente assemblée). Avec près de 35 % des sièges, le parti CDU / CSU d'Angela Merkel a gagné les élections, mais une coalition est inévitable. Le SPD (22 % des sièges) a annoncé qu'il ne prendra pas part, cette fois-ci, au gouvernement de coalition. Les priorités des dépenses publiques sont différentes selon les partis (infrastructures, zones sociales ou de défense) et la stimulation budgétaire devrait être modérée en Allemagne pour 2018.

Du côté des Etats-Unis, l'évènement attendu était sans doute l'annonce du projet de réforme de la fiscalité. Le texte prévoit une modification de l'impôt sur le revenu et un allègement de la fiscalité des entreprises. Les points importants sont la réduction du taux d'IS (de 35 à 20 %), la mise en place d'une taxe à taux réduit pour inciter le rapatriement des profits réalisés et détenus à l'étranger et l'élimination de certaines déductions (dont une partie des déductions sur les intérêts d'emprunts). Toutefois, rien n'est joué car seulement 28% des américains soutiennent ce plan et il sera difficile de trouver une majorité absolue de 60 votes au Sénat alors que les républicains n'ont que 52 sièges.

Du côté des banques centrales, au début du mois, Mario Draghi a annoncé que la reprise économique dans la zone euro était plus forte que prévu. La Banque Centrale Européenne (BCE) a relevé ses prévisions de croissance du PIB de 2017 de 1,9 % à 2,2 %, ce qui en fait le rythme de croissance le plus élevé depuis 2007. Principalement en raison de la forte hausse de l'euro, la BCE a revu à la baisse ses prévisions d'inflation-coeur de 2019 de 1,7 à 1,5 %, ce qui est assez faible. La BCE devrait par ailleurs annoncer en octobre une réduction de ses achats d'actifs pour 2018. Les opérateurs anticipent un objectif de 20 milliards par mois.

Du côté des statistiques d'activité en Europe, l'indice PMI manufacturier est en légère baisse à 58,1 en Septembre (contre 58,2 en Août) et l'indice PMI des services est en légère hausse à 55,8 contre 55,6 un mois plus tôt. Les premières estimations de l'évolution des prix à la consommation en zone euro pour le mois de septembre ont été légèrement décevantes. Les prix ont progressé de +1,5 % sur un an contre +1,6 % attendu.
Les signaux sont très encourageants aux Etats-Unis et renforcent la probabilité d'une hausse des taux directeurs par la Réserve Fédérale Américaine en Décembre. L'indice ISM des services progresse à 59,8 en Septembre (55,3 en Août), au plus haut niveau depuis Août 2005, en battant très largement le consensus qui attendait 55,5. Du côté du secteur manufacturier, la dynamique reste la même avec un indice à 60,8 en Septembre (58,8 en Août) contre 58,1 attendu.


Le marché obligataire

Le taux 10 ans français est passé de 0,67 % à 0,74 % sur le mois. La dynamique haussière fut bien plus forte aux Etats-Unis. Le taux 10 ans américain est passé de 2,11 % fin août à 2,37 % fin septembre.


Le marché des actions

Dans des volumes plutôt faibles, les marchés actions des pays développés ont poursuivi leur marche en avant et la baisse de l'euro a permis aux marchés actions européens de surperformer leurs homologues américains. En Europe, le CAC 40 progresse de 4,8 % et l'indice EuroStoxx 50 de 5,1 %. Sur le marché français, Airbus se distingue nettement avec une progression de 13,9% suivi de Peugeot avec 13,6 %. C'est Orange et ArcelorMittal qui clôturent le palmarès avec des retraits de 2,9% et 2,7% respectivement. D'un point de vue sectoriel (Eurostoxx 600), l'automobile surperforme les autres secteurs avec une progression de 9,4 % marquant un regain d'intérêt de la part des investisseurs. Le secteur des ressources de base est en baisse avec une performance de – 3 % en raison d'inquiétude du côté de la demande chinoise et de la baisse du cours du fer.

De l'autre côté de l'Atlantique, les marchés américains ont continué de battre des records. Malgré les errements de la politique économique de Donald Trump, les tensions avec la Corée du Nord ou la perspective de voir la FED monter ses taux et ainsi provoquer un ralentissement économique, le marché américain reste tout proche de ses plus hauts historiques. Le S&P 500 et le Nasdaq progressent respectivement de 1,93 % et 1,05 % sur la période. Pour finir, le Nikkei est en forte progression de 3,6 %.



Les Plus du contrat

  • Taux de rendement parmi les meilleurs du marché.
  • Régularité des performances depuis plus de 30 ans.
  • Engagement qualité : certificat Qualicert® sur nos prestations Epargne depuis 2007.

    AGPM Assurance Epargne Santé Prévoyance
    Fiche téléchargée sur le site : www.agpm.fr