Les personnes âgées ont moins d’accidents mais ils sont plus graves bien qu’ils utilisent peu les moyens de déplacements rapides.

Adaptez vos attitudes de conduite à vos capacités physiques

  • La vue et l'ouïe :
    A partir de 45 ans la vue diminue, ce qui nécessite quatre fois plus de lumière qu'à 20 ans pour conduire la nuit.

    A partir de 65 ans, 30% des personnes sont malentendantes. L'ouïe joue un rôle d'alarme au volant, elle permet d'avertir le conducteur en cas d'urgence.

  • Le temps de réaction :
    L'avancée dans l'âge entraîne un allongement du temps de réaction et une prise de conscience du danger plus tardive.
La ceinture de sécuritéL'expérience de conduite et une bonne adaptation de vos attitudes compensent les baisses de capacité. A l'instant où ces deux facteurs ne pourront plus compenser, il faudra prendre la décision de ne plus conduire.

Les accidents lors de trajets quotidiens représentent plus de 85% du nombre total des accidents de la circulation.

La vitesse est souvent un facteur déclenchant et aggravant dans un accident mortel sur 2. Le gain de temps sur un trajet de 100 Km est d'environ 6 minutes entre 130 Km/h et 150 Km/h. La vitesse amoindrit les performances et les possibilités d'un conducteur.

Les traitements médicaux

Les médicamentsCertains médicaments sont incompatibles avec la conduite. De plus, des maladies comme l'hypertension artérielle, le diabète, les problèmes cardiaques. exigent de sérieuses précautions.
Mises en garde spéciales, lire attentivement la notice.

D'autres pathologies comme les rhumatismes vous empêchent d'agir avec précision sur les commandes du véhicule.

La maladie d'Alzheimer peut avoir des conséquences très néfastes sur la conduite et provoquer de graves accidents.

La loi

Y a-t-il un âge pour arrêter de conduire ?

Il n’y a évidemment pas d’âge, cela dépend de l’état de santé de chacun et de la situation géographique. Circuler en ville ou à la campagne ne comporte pas les mêmes risques. Les conditions météorologiques sont elles aussi très importantes.

Les bonnes habitudes

Evitez de vous retrouver dans des situations de conduite compliquées comme :
  • le mauvais temps,
  • la conduite de nuit,
  • les jours de d épart en vacances,
  • les zones urbaines compliquées.
Faites preuve d’encore plus de prudence :
  • soyez attentifs aux v éhicules qui vous précèdent et à la circulation sur les sens giratoires,
  • pensez aux distances de freinage,
  • redoublez de vigilance lors de man œuvres délicates telles que tourner à gauche sur une intersection.
Facilitez vous la vie et choisissez un véhicule avec :
  • une direction assistée, la climatisation,
  • le réglage électrique des rétroviseurs,
  • une boîte de vitesse automatique.
  • Et surtout n’oubliez pas de boucler et faire boucler la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière.
Participez à des stages de conduite :

Votre compagnie d’assurance peut vous offrir ce type de stage qui vous permettra de vérifier vos connaissances des nouvelles réglementations, de mieux percevoir les situations difficiles, de faire un point sur vos capacités et de faire baisser votre prime d’assurance automobile.

Sachez vous remettre en question, adaptez votre conduite et si vous sentez une baisse de vos capacités, limitez progressivement vos déplacements.

Conseils

Vous connaissez vos capacités de conduite mais vous devez vérifier que celles-ci ne s’altèrent pas avec le temps.

Faites contrôler votre vue, votre ouïe, votre vigilance et demandez à votre médecin si les traitements que vos prenez sont compatibles avec la conduite d’un véhicule.


Imprimer la fiche conseil

Retour aux fiches
AGPM Assurance Epargne Santé Prévoyance
Fiche téléchargée sur le site : www.agpm.fr