« Téléphonomania » : ses dangers

Le téléphone portable au volantLe téléphone portable est devenu indispensable à notre quotidien. « Couteau suisse numérique », il nous rend bien des services : téléphone, photos, mail, radio… Mais attention, nous devons garder à l’esprit qu’il représente des DANGERS, plus particulièrement au volant. En effet, une partie de notre attention est captée par la conversation téléphonique et diminue notre vigilance.

Il y a aujourd’hui près de 40 millions de téléphones portables en France, utilisés dans 57 % des cas en voiture.

Portable au volant = Danger

L’utilisation du portable au volant augmente la « charge » mentale.
Ainsi, en cas d’utilisation le risque d’accident est multiplié par 4 :

  • augmentation du temps de réaction : les 3/4 des conducteurs oublient de s’arrêter aux passages piétons ; 1/3 seulement se souviennent des panneaux de signalisation,
  • déviation de la trajectoire du véhicule qui « mord » la ligne médiane,
  • modification du regard : on regarde devant soit au détriment de la vision latérale et de l’usage des rétroviseurs.
On retrouve les mêmes effets indésirables avec un kit « mains libres », et parfois aggravés par des conversations qui ont tendance à durer plus longtemps. Seul avantage, la diminution du risque lié aux manipulations du clavier et à la mobilisation d’une main.

  • Sanctions :
    • L'usage d'un téléphone tenu en main en conduisant est interdit.
      Est également interdit, depuis le 1er juillet le port à l'oreille, par le conducteur d'un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d'émettre du son, à l'exception des appareils électroniques correcteurs de surdité. Sont également interdites, les oreillettes permettant de téléphoner ou d'écouter de la musique. Conduire avec un téléphone à la main ou porter un dispositif audio de type écouteurs, oreillettes ou casque, est passible :
    • d'une amende forfaitaire de 135 €
    • d'un retrait de 3 points du permis de conduire.
Et le chef d’entreprise dans tout ça ? Que risque-t-il si un de ses salariés cause un accident alors qu’il est prouvé qu’il était au téléphone ? Au regard de la loi, la responsabilité ne s’arrête pas au conducteur. En effet, tant au plan pénal que civil, une personne morale et/ou physique se doit de respecter l’article 1382 du Code civil qui stipule «Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». Une entreprise peut tout à fait être poursuivie en tant que personne morale. En clair, le Chef d’entreprise peut être tenu pour responsable de l’attitude de ses salariés sur la route si ceux-ci vont au-delà de la mission qui leur a été confiée. Il a d’autre part, l’obligation de s’assurer que le véhicule confié à un salarié est en bon état de fonctionnement, que le salarié remplit les conditions nécessaires à la conduite d’un véhicule, tant sur le plan théorique (détention du permis de conduire) que sur le plan physique (état de la personne). Il doit d’autre part expressément notifier, par le biais du règlement intérieur par exemple, que l’usage du téléphone portable est strictement interdit lors d’une période de conduite.

Faites la pause portable

Sur la route, il faut :

  • brancher la messagerie
  • couper la sonnerie
  • s'arrêter dans un lieu sûr, pour téléphoner

Le saviez-vous ?

  • Un conducteur de 20 ans avec un téléphone portable à un temps de réaction égal à celui d’un septuagénaire. Selon une enquête d’universitaires américains, les personnes qui téléphonent en conduisant finissent par manifester les mêmes réflexes que les conducteurs beaucoup plus âgés, même si elles utilisent un dispositif mains-libres. On imagine à peine le conducteur de 50 ans avec un téléphone portable au volant !

  • Une autre étude a montré que les automobilistes qui utilisent leur téléphone portable en conduisant sont aussi gênés que ceux qui sont saouls.

Imprimer la fiche conseil

Retour aux fiches
AGPM Assurance Epargne Santé Prévoyance
Fiche téléchargée sur le site : www.agpm.fr