Les conseils en risques domestiques

Préparer ses vacances pour des vacances réussies

Assurer ses vacances

départ vacances Un changement de lieu, de climats et d’activités peut augmenter les risques pendant les vacances. Pour vos assurances, privilégier les garanties (voyage, santé, bagages, auto…), le montant des remboursements et l’absence de franchise plutôt que le seul coût de la prime. Et si vous êtes atteints d’une pathologie chronique ou aigu (grossesse, diabète, handicap…), vérifier les clauses d’exclusion de votre contrat d’assistance.

Les clauses importantes :

Examinez les différentes clauses du contrat, et en particulier : la durée de la garantie, les pays où elle s’applique, l’existence d’une franchise éventuelle et son montant, le plafond des remboursements et des indemnités, ainsi que l’offre d’un rapatriement.

Souvent les société d’assistance, plus spécialisées, proposent des contrats plus complets. Ceux-ci peuvent être individuels ou de groupes, pour 3 mois maximum ou carrément plus pour les expatriés. Attention : l’assistance ne joue qu’à partir du moment ou vous avez quitté le sol de votre pays d’origine.

Sports à risque :

Les contrats d’assistance mondiale comprennent une garantie responsabilité civile. Mais votre assurance multirisques habitation le prévoit déjà ! Vérifiez quand même qu’elle s’exerce bien dans vos pays de destination de vos vacances.

Location de vacances :

Si vous avez opté pour une location saisonnière, il faut vérifier que le propriétaire a fait un abandon de recours à l’encontre du locataire. Cette clause doit figurer sur le contrat de location ou sur son contrat d’assurance. Si ce n’est pas le cas, vous devez vérifier que votre contrat multirisque habitation comprend une clause « villégiature », garantissant votre responsabilité vis-à-vis du propriétaire et des voisins. Dans tous les cas nous vous conseillons de prendre une assurance pour la durée de la location.

Assurance bagages :

Souvent comprise dans les forfaits des agences de voyage, mais le montant garanti peut être insuffisant. En cas d’objets de valeur (matériels technologiques) il est prudent de souscrire une assurance spécifique.

Assurance annulation :

Proposée par les agences de voyage elle est très souvent restrictive. A vous de prendre vos disposions, si les sommes engagées sont importantes, pour être couvert plus avantageusement.

Carte européenne d’assurance Maladie

La Sécurité Sociale rembourse les soins dans les pays de l’Union européenne. Pour des séjours en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Suède, demandez à votre caisse de Sécurité Social votre carte européenne d’Assurance Maladie qui reste valable 1 an. Sans cette carte, il faudra demander le remboursement à l’organisme d’assurance maladie du pays visité. En Angleterre, Irlande et Ecosse, les médecins du National Health Service dispensent leurs soins gratuitement sur présentation de la carte de Sécurité Sociale. Mais chez les médecins indépendants, les soins sont payants et non remboursés.

Dans les autres pays :

La Sécurité Sociale peut rembourser les frais engagés, mais la plupart du temps, ils resteront à votre charge ! Cela se fait sur présentation des factures selon les plafonds de remboursement prévus en France. Aux Etats-Unis ou au Japon, il ne faut pas compter sur le moindre remboursement de vos soins, d’où l’intérêt d’avoir une bonne assurance d’assistance voyage ! Vivement conseillée en cas de rapatriement, qui peut coûter une fortune quand on est à l’autre bout du monde ! Vérifiez à cette occasion, si vous ne bénéficiez pas d’une assistance dans le cadre de votre carte bancaire, de votre assurance habitation, santé ou voiture.

Quelques astuces avant de prendre la route pour que le voyage ne devienne pas un cauchemar !


Avant de partir, bien préparer ses vacances c'est aussi...

Bien préparer son véhicule :

  • Vérifier l’état des pneumatiques et leur pression sans oublier ceux de la remorque ou de la caravane s’il y a lieu, notamment en cas de forte chaleur. Eviter de trop charger le véhicule, respecter les charges autorisées et répartir le poids des objets sur l’ensemble du véhicule.
  • Ne pas poser d ’objets sur la plage arrière car ils réduisent la visibilité et risquent de se transformer en projectiles en cas de freinage brutal.

Organiser son trajet :

  • S’informer sur les prévisions de trafic et les conditions météorologiques.
  • Etudier l ’itinéraire complet (autoroutes, routes et petites routes) et établir une feuille de route à garder à porter de la main.
  • Evaluer le temps de parcours en int égrant les arrêts toutes les deux heures.
  • Ecouter les radios diffusant l ’information routière, notamment le 107.7 sur autoroute.
  • Circuler si possible les jours les moins charg és en trafic pour voyager détendu.

Prendre soin du conducteur :

  • Faire une bonne nuit de sommeil avant de prendre le volant pour un long trajet. Eviter les départs après une journée de travail.
  • Eviter l ’alcool et les repas copieux, le stress, les médicaments incompatibles avec la conduite et tout ce qui peut contribuer à une perte de vigilance.

Pendant le voyage

S’arrêter régulièrement :

  • La fatigue au volant est insidieuse. L’arrivée des crampes, la tête lourde, les difficultés à se concentrer, l’envie de bailler, les paupières lourdes sont les premiers signes de fatigue : s’arrêter et même dormir, puis s’étirer avant de partir.
  • En cas de forte chaleur  : boire beaucoup

Avoir un bon comportement

Respecter les limitations de vitesse et adapter sa vitesse aux circonstances (pluie, orage, chantier, travaux), sans oublier de respecter les distances de sécurité.

Pour éviter que nos chers bambins ne transforment notre trajet en chemin de croix, quelques précautions s’imposent :

  • En voiture avec des enfants :

    • Attacher son enfant peut lui sauver la vie. Céder au refus d’un enfant de s’attacher pour avoir « la tranquillité » n’est pas une solution, une bonne explication à un enfant permet de le convaincre, et le geste de s’attacher deviendra pour lui naturel. Cela aura d’autant plus d’impact si vous donnez l’exemple.

    • Lors d’un accident à 60 km/h, un enfant pesant 10 kg heurte l’habitacle du véhicule, la violence du choc correspond à une chute d’un 4 ème étage, de plus il risque d’être éjecté. N’essayez pas de tenir un enfant dans vos bras, en effet lors d’un choc à 50 km/h, un enfant de 30 kg devient une masse de près d’une tonne.

  • Vérifier le confort de votre enfant :

    • Prenez le temps de vous asseoir à l’arrière, de vérifier s’il y fait trop chaud, s’il y a des reflets de soleil…

    • Vérifier si votre enfant est correctement habillé : l’hiver retirez les doudounes, l’été attention à la climatisation.

    • Prévoyez des pauses pendant le voyage. Laissez les petits sortir de l’auto et libérer leur énergie. Faites de même, vous n’en serez que plus alerte.

    • Informez votre enfant de la dur ée exacte du voyage : A la sempiternelle question « quand est-ce qu’on arrive ? » ne répondez pas « bientôt », mais donner une réponse concrète.

    • Mettez de côté certains jouets spéciaux avec lesquels votre enfant pourra s’amuser ainsi que des livres, des peluches, un magnétophone avec des cassettes qui permettra à l’enfant d’écouter des musiques, des histoires. Jouer à des jeux le long du trajet : rechercher certains types de véhicules, d’édifices, d’arbres, de personnes. Attention, il faut s’arrêter quand s’est encore amusant, un jeu qui s’éternise n’a rien de bien divertissant.

Parents, n’oubliez jamais que vos enfants à l’arrière du véhicule enregistrent votre comportement de conducteur. Demain ils reproduiront ce qu’ils ont vu.


Imprimer la fiche conseil

Retour aux fiches
AGPM Assurance Epargne Santé Prévoyance
Fiche téléchargée sur le site : www.agpm.fr