Etat de stress post traumatique militaire (ESPT) : explications, symptômes et solutions

Etat de stress post traumatique militaire (ESPT) : explications, symptômes et solutions

Même s’il est invisible, le syndrome de stress post traumatique touche de nombreux militaires de retour d’opération.

Après avoir engagé leur vie sur des zones de guerre et avoir côtoyé la violence voire la mort en opération extérieure (OPEX), les soldats, marins et aviateurs subissent des blessures psychiques handicapantes au quotidien.

Flashbacks, stress, angoisses, terreurs nocturnes… : l’Etat de Stress Post Traumatique (ESPT) modifie profondément la vie de nombreux militaires.

« En rentrant, on ne voit plus jamais le monde de la même façon. »

Aussi pénalisant qu’une blessure physique, le syndrome de stress post traumatique impacte la vie sociale et les relations personnelles et professionnelles des personnes atteintes.

Reconnue comme blessure de guerre depuis le 10 janvier 1992, le syndrome de stress post-traumatique des militaires bénéficie aujourd’hui d’un diagnostic plus précis et d’une meilleure prise en charge.

Vous êtes victime de stress post-traumatique militaire ? Vous côtoyez un militaire victime d’un ESPT ? Découvrez le stress post-traumatique et les solutions de prise en charge de ce syndrome.

Qu’est-ce que l’Etat de Stress Post-Traumatique militaire (ESPT) ?

L’Etat de Stress Post Traumatique (ESPT) est un trouble anxieux sévère développé à la suite d’un événement traumatisant.

Aussi appelé Trouble de Stress Post Traumatique (TSPT), Syndrome de Stress Post Traumatique (SSPT) ou Post Traumatic Stress Disorder (PTSD), le stress post traumatique engendre une souffrance morale intense pour les personnes qui en sont atteintes.

Les militaires revenus de zones de guerre ou de missions de défense et sécurité difficiles sont particulièrement touchés par ce trouble psychique.

De retour du Mali, d’Afghanistan ou encore de Centrafrique, de nombreux militaires sont malheureusement touchés par un état de stress post-traumatique (ESPT).

« Plus de 2 800 militaires français atteints de blessures psychiques liées à leur mission ont été recensés entre 2010 et 2019.»

Source : ministère des Armées

l’Etat de Stress Post-Traumatique des militaires

Le ministère des Armées définit le syndrome de stress post traumatique militaire comme « une pathologie de la mémoire entraînant une souffrance de différents organes au niveau du système nerveux, sous forme d’altérations au niveau des structures cérébrales ».

Envahi de stimuli lors de l’évènement traumatique vécu, le cerveau victime de stress post traumatique reproduit ces stimuli anxieux dans sa vie quotidienne.

Une odeur, un bruit ou un moment particulier peut alors faire revivre le traumatisme sous forme de flashbacks violents.

Appelé ecmnésies, ce phénomène psychologique affecte de façon durable la vie sociale, familiale et professionnelle de ceux qui en souffrent.

Quels sont les symptômes d’un Syndrome de Stress Post-Traumatique ?

Les symptômes d’un syndrome de stress post traumatique se divisent en 4 catégories principales : les symptômes d’intrusion, les symptômes d’évitement, les émotions négatives, l’état d’hypervigilance.

On retrouve dans ces catégories, des symptômes post-traumatiques variés dont notamment :

  • Des flashbacks de l’événement traumatisant
  • Une peur intense et des angoisses
  • Des tremblements incontrôlables
  • Des palpitations cardiaques
  • Une transpiration excessive
  • Une difficulté à respirer
  • Des pensées noires menant parfois à la dépression
  • Une difficulté à ressentir des émotions de plaisir
  • Une difficulté à se concentrer
  • Une difficulté à dormir
  • Un état d’alerte et de stress permanent

Les symptômes de l’ESPT apparaissent en général dans les 3 mois suivants un traumatisme.

Toutefois, certains soldats vivent en premier lieu une phase de déni psychologique pouvant entraîner l’apparition des symptômes de stress post-traumatique plusieurs années après l’événement vécu.

Comment agir en cas de détection d’un syndrome de stress post traumatique ?

Dès l’apparition d’un ou plusieurs symptômes cités plus haut, il est essentiel d’aller consulter un médecin ou directement un médecin psychiatre.

En effet, si le stress post-traumatique peut se manifester plusieurs mois après l’événement traumatique en cause, il est primordial de le prendre en charge au plus tôt pour éviter d’aggraver la situation.

Si vous êtes victime des flashbacks violents, que vous faites des cauchemars intenses à répétition, que vous avez peur de sortir ou encore que vous vivez des crises d’angoisse liées à un événement traumatique vécu lors de votre activité militaire, contactez au plus tôt le service d’intervention médico-psychologique des armées.

Ce dernier vous mettra en relation avec un médecin des forces de proximité pour instaurer une cellule d’urgence médico-psychologique.

Stress Post-Traumatique militaire : quelles solutions de prise en charge ?

Se sentant longtemps délaissés face à cette pathologie invisible, les militaires et leurs proches bénéficient aujourd’hui d’un véritable accompagnement de la part du ministère des Armées.

De la prévention jusqu’à une prise en charge adaptée à leur cas, le ministère des Armées agit concrètement pour soulager les militaires victimes de Stress Post Traumatique et leurs familles.

L’Etat de Stress Post Traumatique (ESPT) est pris en charge par le ministère des Armées

L’ESPT pris en charge par le ministère des Armées

La prise en charge des blessés psychiques fait partie des priorités du ministère des Armées.

Depuis 2010, un dispositif complet de prévention et de soins à destination des militaires et de leurs familles a été mis en place pour mieux détecter, essayer d’atténuer et prendre en charge les conséquences d’un Etat de Stress Post Traumatique (ESPT) militaire.

Des médecins d’unité jusqu’au service de psychiatrie des hôpitaux d’instruction des armées, la détection et la prise en charge du stress post traumatique fait l’objet d’un parcours complet.

Les maisons ATHOS : l’accompagnement des militaires blessés psychiques

Depuis 2021, le dispositif ATHOS mis en place par le ministère des Armées en collaboration avec IGESA renforce la prise en charge du stress post traumatique chez les militaires.

Ces maisons de réhabilitation psychosociale des militaires blessés psychiques édifiées à Toulon (Var), Cambes (Gironde), Auray (Morbihan) et Aix-les-Bains (Savoie) accompagnent la guérison et ont pour objectif d’aider la réinsertion socio-professionnelle des militaires atteints.

Un projet qui agit en complément des programmes existants comme la « Maison des blessés » et la reconstruction par le sport du Centre National des Sports de la Défense (CNSD) pour soutenir les militaires dans leur vie actuelle et les accompagner dans leur nouvelle vie.

Grâce à ces maisons, les anciens soldats peuvent petit à petit renouer avec leur vie sociale, se réinsérer à leur rythme dans la vie civile et les soldats toujours en activité ont une solution dédiée pour apprendre à vivre avec le Syndrome de Stress Post Traumatique à défaut d’en guérir.

Bon à savoir

Pour qu’un nombre croissant de militaires actifs et anciens militaires puissent avoir accès à cet accompagnement essentiel dans la prise en charge du syndrome de stress post traumatique, le gouvernement souhaite que 10 maisons « Athos » soient créées et actives d’ici 2030 en métropole et en Outre-mer.

La prise en charge du Stress Post Traumatique militaire est incluse dans le contrat Objectif Prévoyance !

En cas de Stress Post Traumatique militaire (ESPT), le contrat Objectif Prévoyance vous propose une prise en charge adaptée.

La garantie Blessure Psychique du contrat Objectif Prévoyance contient :

  • Une prise en charge renforcée en cas d’événement traumatique vécu en mission opérationnelle(1) (à l’exception de toute simulation d’exercices, d’entraînements ou de formations.)
  • Des délais allongés concernant la déclaration d’ESPT réalisée auprès du Service de Santé des Armées (SSA) ainsi que la déclaration de sinistre réalisée auprès d’AGPM Vie à la suite de la constatation de l’État de Stress Post Traumatique par le SSA.

Quelle que soit votre situation, les conseillers du Groupe AGPM vous accompagnent dans vos démarches pour vous permettre de trouver une solution de prise en charge adaptée à votre besoin.

« Aux Armes et Cætera » : un livre documentaire photo pour témoigner du Stress Post Traumatique vécu par les militaires

« L’état de stress post traumatique, c’est comme un film d’horreur dans la tête. »
« Aux Armes et Cætera »
Jérémy Lempin - « Aux armes Et Caetera »- Couverture du livre | Héméria

C’est à travers les mots d’Élio, 12 ans, fils de militaire et de six soldats français revenus de mission, accompagnés de leurs familles, que Jérémy Lempin a décidé de mettre en lumière la souffrance vécue par les militaires atteints de Stress Post Traumatique.

Ancien sous-officier de la Marine Nationale, reconvertit en photojournaliste, Jérémy Lempin a suivi pendant 4 ans ces soldats et leur famille pour relater les blessures invisibles et l’impact du stress post traumatique sur la vie personnelle des militaires et leur entourage.

« Aux Armes et Cætera » est donc un livre hommage et témoignage important pour illustrer l’état de stress post traumatique vécu par de nombreux militaires et leurs familles après un retour de mission.

Proche de la communauté de Défense et Sécurité, le Groupe AGPM est fier de soutenir Jérémy Lempin et son ouvrage utile sur l’ESPT pour aider et accompagner la communauté militaire et affinitaire.

Mentions légales

(1) Mission opérationnelle :

  • mission exécutée sous contrôle opérationnel, sur le territoire national ou à l’étranger, dans les espaces maritime ou aérien ;
  • mission ou opération de secours, de voie publique, de police judiciaire, de maintien de l’ordre, de coopération internationale sur le territoire national ou à l’étranger, dans les espaces maritime ou aérien ;
  • mission visant à assurer la sécurité des personnes et des biens, sur le territoire national ou à l’étranger et dans les espaces maritime ou aérien.

Excluant toute activité d’exercice, d’entrainement ou de formation, de mise ou de maintien en condition opérationnelle et de fonctionnement courant.